mardi 15 janvier 2013

Mon exposé à la Faculté de sociologie de l'ULB. Wallonisation ? Fin du miracle flamand et mémoire courte.


Le terme (wallonisering) est largement employé en Flandre depuis le début de l'année 2010 quand les Flamands se sont rendu compte que suite à la crise économique, le nombre de chômeurs augmenta de plus de 20 % alors qu'en Wallonie, il n'y eut qu'une hausse de 3,4 %.
 
Le créateur de cette expression n'est autre que l'économiste vedette de la Flandre, le gourou des marchés, le juke-box à opinions.  En bref, le spécialiste dans tous les domaines qui est le préféré des petits écrans entre autres, celui de la RTBF.  Au début de l'année 2010, il avait précisé sa pensée lors de l'émission Matin première. Cet économiste y signalait que "dans les mêmes circonstances traversées à l'ère du déclin organisé par la Belgique mais cela, il ne l'a pas exprimé de la Wallonie.
Vous l'aurez certainement reconnu, il s'agit de Geert NOELS.  La Flandre réagit de la même manière.
 
La presse s'est empressée d'utiliser ce concept tout comme le Standaart du 2 février 2010 qui titrait : la Flandre se wallonise-t-elle ?  Si ce terme est aussi populaire, que veulent-ils réellement exprimer par le biais de ce vocable douteux ?  Oui douteux car il intègre tous les clichés que possèdent les Flamands à l'égard de la Wallonie. 
 
Depuis, leur patronat Thomas LEYSEN (FEB), herman DAEMS (GIMV) tout comme les politiques herman et Eric  VANPUY ainsi qu'Alexander DE CROO n'ont cessé de l'employer et ce dans le sens qu'atteinte par la crise économique (fermeture des grandes entreprises), la Flandre commençait à ressembler à la vision qu'ils ont de la Wallonie. Il est important de noter que deux versions circulent au Sud comme au Nord.
 
Une première : la Flandre commence à ressembler à la Wallonie avec un taux de chômage élevé, une emprise suffocante des pouvoirs publics, une morosité économique générale, des syndicats agressifs ainsi que des routes se dégradant.
 
Le PS, le CDH, le parti ECOLO et le MR diabolisent Bart de Wever, un indépendantiste flamand même démocrate ne peut être qu'un nazi.  Evidemment, les militants wallons pourtant issus de la résistance ont été traités d'inciviques lors de leur mise en cause de l'unité factice de la Belgique en prônant une régionalisation alors qu'un nationaliste belge est paré de toutes les vertus.  Rien de nouveau sous le ciel belge.  Ceci dit, la métaphore est péjorative.  J'en conviens cependant, il s'agit ici d'un procédé courant.
 
L'écolo Marcel CHERON n'a-t-il pas parlé un jour "d'hennyèrisation" afin de critiquer la politique choisie pour le développement de Nivelles ?  Ne parle-t-on pas mais là, ce n'est pas péjoratif de "bruxellisation" puisque c'est un terme utilisé par les urbanistes afin de désigner les bouleversements urbanistiques d'une ville livrée aux promoteurs et ce au détriment du cadre de vie de ses habitants.
 
J'ai pour ma part une toute autre définition du terme "wallonisation".
C'est la stratégie belge de pillage systématique d'une région, la Wallonie au profit d'un pays et d'une autre région sous couvert de solidarité nationale.
 
Quand il s'est agi d'aider la sidérurgie wallonne, d'autres secteurs ont également obtenu de l'aide de 1977 à 1980.  La Flandre a ainsi capté 77 % des aides de l'Etat. La sidérurgie sur la même période a reçu 22 % des aides dont une a profité à Sidmar alors qu'elle n'en avait nul besoin.
 
Aujourd'hui, nous avons les transferts de compétence : le désastre. Les soins de santé sont régionalisés......Les maisons dites de retraite pour personnes âgées..... Les pensions, n'en parlons pas. Qui sait aujourd'hui ?  Qui est conscient ?  Qui osera divulguer la vérité dans une presse aux ordres des politiques qui se gargarisent d'avoir "sauvé le pays" ?  A quand la fin du mensonge à l'égard des Wallons ?
 
Je suis d'un parti nationaliste néanmoins démocrate.  Un petit parti certes mais un parti solidaire.
 
Afin de conclure, voici une petite réflexion : quel sera l'enjeu des élections de 2014 ?  Les Wallons revoteront-ils pour les fossoyeurs de notre Wallonie ?
 
Merci de votre attention.
 
Ghislain FARCY.
Docteur en droit international et européen.
MBA A Harward University.
Membre du Bureau Directeur de la NWA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire