vendredi 13 avril 2012

Pierre l’ermite a gagné son repos éternel.

Du moins, il le croyait

Je vous invite, pour une promenade au calme le long des rangées d’arbres près du centre culturel de Huy. En flânant juste un peu plus loin, dans l’Avenue Godin-Parnajon, sur votre droite, s’ouvre un petit parc charmant au centre duquel un mausolée  nous rappelle que Pierre l’ermite repose là, pour son dernier sommeil. Sommeil troublé toutefois par des agissements peu responsable de la part des autorités hutoises. En effet, ces (ir)responsables politiques  ont autorisé la création d’une mosquée, peut-être islamiste, école coranique, ou tribunal de la charia (comme à Anvers) et ce sur le territoire d’une commune où le prêcheur de la première croisade, l’intime de Godefroid de Bouillon, aurait dû trouver un repos éternel bien mérité.
Mais non, le respect de notre histoire, de nos traditions, de notre religion semble être l’un des derniers soucis du conseil communal hutois. La rue de Statte, encore paisible pour l’instant, voit fuir ses commerçants pour faire place  à une mosquée, un centre islamiste, ce à deux pas d’un vénérable bâtiment, régulièrement tagué par des personnes ne respectant absolument pas la religion des autochtones. Une vieille église qui craint que ses carillonnements joyeux ne soient remplacés par des hurlements de prêcheurs. Une vieille église qui a peur de voir ses trottoirs et sa chaussée se remplir d’hommes bizarrement accoutrés, agenouillés ou le derrière en l’air et empêchant la libre circulation des véhicules sur cette artère qui est un passage obligé vers le centre-ville, vers l’hôpital, vers la gare. Un passage obligé pour les pompiers et ambulances appelés par les habitants des communes situées à l’ouest et nord-ouest de Huy.